Vous êtes ici : Accueil > Ressources pour la classe > Pistes pédagogiques et propositions de séquences > Propositions de mise en œuvre : Collège > 5e - Le masque (Arts du quotidien et arts du visuel - Histoire)
Publié : 26 août 2010
Format PDF Enregistrer au format PDF

5e - Le masque (Arts du quotidien et arts du visuel - Histoire)

ŒUVRE : STATUE ANTHROPOMORPHE, CULTURE PRÉ-DOGON, STYLE SONINKÉ,
Mali, Falaise de Bandiagara, Bois, H : 191 cm, Xe - XIe siècle, Paris, Musée du Quai Branly

Crédit photo. P. Gries

I – Découverte de l’œuvre

- Vidéoprojecteur : présentation de l’œuvre.

II – Interroger l’œuvre sur différents plans

A) la forme

a) Quel est le genre de cette oeuvre ?

  • Une sculpture, une statue.

b) La composition

- Quelle est l’attitude du personnage sculpté par l’artiste ?

  • Il est dressé, le bras gauche levé, les doigts tendus vers le ciel (le bras droit est manquant).
  • ...
  • ...

- Complète la description de l’objet en utilisant le vocabulaire suivant :

  • nombril saillant
  • des colliers de perles
  • des bracelets.
  • pendentif figurant un serpent
  • deux petites figures représentant un homme et une femme
  • une coiffure en forme de chignon

- Cette statue présente des caractères androgynes, c’est-à-dire à la fois masculins et féminins.
Indique lesquels

  • Un visage d’homme barbu
  • Un torse féminin pourvu d’une poitrine abondante et tombante (les seins portent des scarifications en damier)


- Quelle est l’attitude des deux petits personnages sculptés sur le ventre de la statue ?

  • L’homme, les bras croisés sur la poitrine pose un genou en terre.
  • La femme est agenouillée, les mains sur les cuisses.
  • Ils expriment une attitude de salutation respectueuse.

c) Le style

- A quel style se rattache cette œuvre ?

  • Il s’agit d’une statue soninké.
  • Les Soninkés, peuple noir de cultivateurs auraient fondé l’Empire du Ghana (VIIIe – XIIe siècles). Lors du déclin de leur empire (fin XIe siècle) ils se réfugient dans des régions inaccessibles de la boucle du Niger, comme la falaise de Bandiagara pour préserver leurs croyances et leur art des musulmans sahariens Almoravides. Ils sont les auteurs de nombreuses sculptures de bois aux bras levés, au style très proche de celui des Tellems, peuple établi au XIe siècle dans la falaise avant l’arrivée des Dogons (XIVe siècle).

B) La technique

- Quel matériau l’artiste a-t-il utilisé pour réaliser cette œuvre ?

  • du bois brut

C) Le sens

- Que révèlent la taille et les parures du personnage sur son rang
social ?

  • Il est très grand et porte de nombreux bijoux (colliers, bracelets).
  • C’est donc un personnage de haut rang, un chef voire un roi.


- En t’appuyant sur l’attitude des deux petits personnages sculptés sur
son ventre, précise ce qu’ils symbolisent ?

  • Ils expriment le respect vis-à-vis de l’autorité.
  • Ils symbolisent le peuple, la communauté sous la domination de ce chef.


- Ce personnage lève les bras et tend ses doigts vers le ciel en signe d’invocation. Comment ce geste peut-il être interprété ?

  • Il demande que les dieux accordent à son peuple des pluies bienfaisantes.
  • Il se fait donc médiateur entre son peuple et le monde des dieux.


- Quels éléments montrent que ce personnage doit assurer la fécondité à son peuple ?

  • C’est un être androgyne : à la fois homme et femme, il évoque les deux pôles de la fécondité.
  • La présence des seins très allongés du personnage renforce cette image de fécondité.


- Un des bijoux porté par ce personnage l’associe au culte du génie protecteur de l’Empire du Ghana. Lequel ?

  • Le pendentif figurant un serpent.
  • Il évoque le culte du serpent Bida qui assurait la prospérité de l’Empire du Ghana en faisant pleuvoir de l’eau comme de l’or à condition qu’on lui offre tous les ans le sacrifice d’une jeune fille.
  • Ce bijou associe à nouveau celui qui le porte à la fécondité.

D) Les usages

- Quelle était la fonction de cet objet ?

  • Il s’agissait d’une statue de culte d’un homme de haut rang, intermédiaire entre les dieux et son peuple.
  • On lui adressait hommages et prières afin d’obtenir protection, nourriture et fécondité.


- Cette œuvre témoigne de l’importance des cultes animistes dans l’Afrique subsaharienne. Que signifie ce mot ?

  • Ce sont des croyances très anciennes selon lesquelles toute chose, vivante ou pas, possède une âme.

III – Des mots-clés pour caractériser l’œuvre

- Figure sculptée
- Bois
- Afrique subsaharienne
- Fécondité
- Protection
- Empire du Ghana
- Roi
- Androgyne
- Religion animiste

IV – Mise en réseau et exemples d’œuvres correspondant à un critère

- Les objets rituels dans les arts d’Afrique : masques et figures sculptées.

V – Pistes de pratiques plastiques simples en lien avec l’œuvre

- A définir en collaboration avec les Arts Plastiques

  • Travail sur le masque : un objet transhistorique

VI – Dispositifs pour situer l’œuvre dans un contexte historique, culturel, artistique

- Programme d’histoire : Regards sur l’Afrique (quelques aspects d’une
civilisation de l’Afrique subsaharienne et de sa production artistique :
l’Empire du Ghana (VIIIe – XIIe siècles)

VII - Proposition de contenu pour le cahier personnel d’Histoire des Arts

- Le questionnaire distribué et complété lors de la séance en classe
- Un visuel de l’œuvre
- Un cartel d’identification de l’œuvre

Genre :Une sculpture
Titre :Statue anthropomorphe
Style :Soninké, culture pré-Dogon
Date :Xe - XIe siècles
Dimensions :191 cm
Technique :Sculpture de bois
Lieu :Musée du Quai Branly, Paris.

- Un court paragraphe élaboré à partir des mots-clés utilisés pour
caractériser l’œuvre
- Un commentaire personnel sur l’œuvre
(Pourquoi cette œuvre m’a plu / ne m’a pas plu)
- Des productions plastiques personnelles réalisées autour de l’œuvre.