Vous êtes ici : Accueil > Ressources pour la classe > Pistes pédagogiques et propositions de séquences > Propositions de mise en œuvre : Collège > 4e - Arts, ruptures et continuités (Arts de l’espace)
Publié : 26 août 2010
Format PDF Enregistrer au format PDF

4e - Arts, ruptures et continuités (Arts de l’espace)

Ressources locales/autres : Plusieurs sites internet sont utilisables sur ce sujet :

ŒUVRE : LE PONT TRANSBORDEUR DE ROUEN
Conçu par Ferdinand Arnodin (1845-1924), acier, Haut. : 70 m – Long. 143 m – Larg. 13 m ; mis en service en 1899 – détruit en 1940, Rouen (Seine-Maritime)


I – Découverte de l’œuvre

- Vidéoprojecteur : présentation d’un ou plusieurs clichés anciens de
l’ouvrage.
- Celui-ci ayant été détruit en 1940, c’est le seul moyen de conduire un
travail avec les élèves.
- Les sources dont on dispose sont toutefois nombreuses (voir les
références citées sur internet).

II – Interroger l’œuvre sur différents plans

A) la forme

a) Quel est le genre de cette oeuvre ?

- Un ouvrage d’art, un pont suspendu.

b) La structure

Complète la description de l’ouvrage en utilisant le vocabulaire
suivant :


B) La technique

Quels matériaux ont été utilisés pour la construction de cet ouvrage ?

- L’acier.

De quelle manière le déplacement de la nacelle était-il assuré ?

- Un moteur électrique permettait d’actionner les câbles qui reliaient le chariot fixé au tablier du pont et la nacelle.

C) La signification

En quoi cette construction symbolise-t-elle les deux révolutions
industrielles ?

- Construit en acier, le pont transbordeur de Rouen symbolise
l’essor de la sidérurgie qui produit ponts et charpentes
métalliques lors de la première révolution industrielle
- Sa nacelle est actionnée par l’électricité : le pont utilise ainsi
cette innovation qui symbolise dès 1880 la seconde révolution
industrielle.

Le pont transbordeur devint très vite une véritable attraction de
Rouen. Les grandes fêtes maritimes se faisaient autour de ce pont.

Le pont transbordeur de Rouen, fête maritime de 1905

Pourquoi cet ouvrage était-il à ce point apprécié des Rouennais ?
- Il apparaît comme un symbole de modernité grâce à ses
innovations techniques : il préfigure pour les Rouennais
l’entrée dans la « Belle Epoque »
- Sa construction facilite le passage d’une rive à l’autre de la
Seine : c’est un élément fédérateur dans le paysage urbain ;
de même, les grandes fêtes maritimes qui ont lieu près de ce
pont sont l’occasion de fédérer les Rouennais au cours de
grands rassemblements.
- Cela explique pourquoi, dynamité en 1940 pour freiner la
progression des troupes allemandes, cet ouvrage est resté
ancré dans la mémoire de nombreux Rouennais.

D) Les usages

Dans quel but cet ouvrage a-t-il été construit ?

- Pour faire passer les véhicules et les personnes d’une rive à
l’autre de la Seine). Les bacs, nombreux encore sur la Seine au XIXe siècle, remplissaient
les mêmes fonctions.

Quels avantages offrait le pont transbordeur par rapport au bac ?

- Il offrait plus de confort ; la traversée était plus rapide, plus
sûre, moins tributaire des conditions météorologiques.
- L’accès et la sortie étaient rapides.
- A cela s’ajoutait le coût très modique de la traversée.

Par rapport aux ponts traditionnels le pont transbordeur présentait un
autre avantage. Lequel ?

- La hauteur de son tablier (50 m) permettait aux grands
voiliers et aux cargos de remonter la Seine pour venir charger
et décharger sur les quais du centre-ville de Rouen.

Détruit toutefois en 1940, sa reconstruction apparut inutile compte-tenu
de l’évolution des transports. Pourquoi ?

- Le pont transbordeur n’était plus adapté à un trafic
automobile de plus en plus intense.
- La disparition des grands voiliers et le déclin du port de Rouen
rendirent inutile ce type de pont.

III – Des mots-clés pour caractériser l’œuvre

- Pont transbordeur
- Ouvrage d’art
- Architecture métallique
- Moteur électrique
- Circulation
- Trafic maritime
- Révolution industrielle
- XIXe siècle

IV – Mise en réseau et exemples d’œuvres correspondant à un critère

Rouen et ses ponts

- Différents exemples de ponts (voir le site www.visite-de-rouen.com
qui retrace l’histoire des ponts de Rouen depuis le premier pont
construit au XIIe siècle jusqu’au Pont Gustave Flaubert).

L’architecture métallique issue de la Révolution industrielle

- Différents types d’édifices : la tour Eiffel ou le viaduc de Garabit ; le
Grand Palais à Paris ; la Grande Roue du Prater à Vienne ; la tour
métallique de Blackpool ; d’autres ponts transbordeurs encore en
usage (le Pont de Biscaye à Bilbao ; les ponts de Newport, de
Middlesbrough et de Warrington au Royaume-Uni ; le pont d’Osten et
de Rensburg en Allemagne ; le pont de Rochefort-Martrou en France ;
le pont de Buenos-Aires en Argentine).

V – Pistes de pratiques plastiques simples en lien avec l’œuvre

- A définir en collaboration avec la Technologie.

VI – Dispositifs pour situer l’œuvre dans un contexte historique, culturel, artistique

- Programme d’histoire : Le XIXe siècle : L’âge industriel (Etude d’une
ville industrielle au XIXe siècle ; les exemples locaux (Rouen et sa
région) seront privilégiés dans la mesure où ils permettent d’évoquer
les mutations liées à l’industrialisation dans le paysage urbain (avec
des exemples d’œuvres d’architecture et d’urbanisme).

VII - Proposition de contenu pour le cahier personnel d’Histoire des Arts

- Le questionnaire distribué et complété lors de la séance en classe
- Un visuel de l’œuvre
- Un cartel d’identification de l’ouvrage

Genre :Ouvrage d’art
Titre :Le pont transbordeur
Auteur :Ferdinand Arnodin
Date :1899 (Inauguration) - 1940 (Destruction)
Dimensions :70 m (Haut.) ; 143 m (Long.) ; 13 m (Larg.)
Technique :Acier (structure) - Electricité (Traction de la nacelle)
Lieu :Rouen (Seine-Maritime)

- Un court paragraphe élaboré à partir des mots-clés pour
caractériser l’œuvre
- Un commentaire personnel sur l’œuvre
(Pourquoi cette œuvre m’a plu / ne m’a pas plu)