Vous êtes ici : Accueil > PÉDAGOGIE > Pistes pédagogiques et propositions de séquences > Propositions de mise en œuvre : Collège > 6e - Apollon, source d’inspiration en Occident (Arts de l’espace)
Publié : 14 avril 2010
Format PDF Enregistrer au format PDF

6e - Apollon, source d’inspiration en Occident (Arts de l’espace)

ŒUVRE : Le sanctuaire de Gisacum
Le Vieil-Evreux (Eure), Ier – IIIe siècles ap. J.-C.

I – Rencontrer matériellement l’œuvre

- Visite préalable du site de Gisacum - Le Vieil-Evreux
- Les élèves visitent le Centre d’Interprétation (Maquette et plan du site, éléments
d’architecture) puis le site et en particulier le chantier de fouille du sanctuaire munis
d’un questionnaire dans le cadre d’un atelier (Concertation préalable avec les
animateurs pédagogiques du site afin d’orienter la visite sur le sanctuaire).
- Le travail en classe (ou dans la salle d’animation du site) permettra de faire la synthèse
des observations faites sur le site.

Plan de Gisacum au IIIe siècle ap. J.-C.

Maquette du site au 1/1000e (2,20 m x 2,20m)

Restitution hypothétique au grand sanctuaire central
du début du IIIe siècle

II – Interroger l’œuvre sur différents plans

A) La forme

a) Le genre

b) La composition

- Combien de parties comporte cet édifice ?

  • 3 parties : c’est un édifice tripartite composé d’une association de trois grands temples
  • Il existait d’autres pièces sacrées à l’arrière du grand sanctuaire

c) La structure

- Chacune des parties de cet édifice avait une structure comparable à celle du
temple ci-dessous.

A quel élément d’architecture correspond chaque numéro sur la reconstitution
de la façade ?

La Maison Carrée, Nîmes
Cr. phot. : Laurent Guyard

- Quel est le seul de ces éléments encore visible aujourd’hui sur le site ?
- Combien de salles comportait chacun des temples ? Une seule

d) Le style

- Observe dans le Centre d’interprétation les fragments d’architecture retrouvés à
l’emplacement du grand sanctuaire.

- Sur quelles parties de la façade se trouvaient-ils ?

  • Les fragments sculptés de personnages provenaient peut-être d’une frise sculptée
  • Le chapiteau corinthien prenait place au sommet d’une des colonnes de la façade : le chapiteau corinthien est un élément caractéristique des temples romains.


- En t’appuyant sur la présence de ces éléments sculptés et sur l’analyse de la
façade, précise à quelle civilisation appartenait ce sanctuaire.

  • La civilisation romaine

B) La technique
Quel matériau a été utilisé pour la construction de cet édifice ?

  • La pierre : le calcaire

C) Le sens
- Le sanctuaire était principalement dédié à un dieu local, Gisacus.

A quelle civilisation appartenait-il ?

  • La civilisation gauloise
  • C’était le dieu principal des Aulerques Eburovices

    - Une statue retrouvée au XIXe siècle à l’emplacement du sanctuaire permet de
    l’identifier à un autre dieu.

    Complète sa description :

    Sur sa tête, une …………………………… crénelée suggère qu’il s’agit du dieu de la ville.

    Statue d’………………………………… , bronze, H : 83 cm, IIe siècle ap. J.-C., Musée municipal d’Evreux

    - D’autres dieux, dont les archéologues ont retrouvé les statues, étaient également
    honorés dans le sanctuaire. Lesquels ?

    • Jupiter, Bacchus


    - A quelle civilisation appartiennent-ils ?

    • La civilisation romaine


    - La présence de ces dieux prouve que la construction du sanctuaire correspond au
    début de la romanisation en Gaule. Que signifie ce mot ?

    • L’adoption du mode de vie, de la langue et des croyances des Romains.

    D) Les usages

    - Dans quel but cet édifice a-t-il été construit ?

    • Pour honorer les dieux (fêtes, offrandes, …) afin qu’ils protègent la communauté.
    • C’était aussi un moyen de marquer son lien avec le pouvoir impérial de Rome.

    III – Des mots-clés pour caractériser l’œuvre

    - Sanctuaire gallo-romain
    - Architecture religieuse
    - Trois temples
    - Romanisation
    - Ordre corinthien
    - Diversité religieuse

    IV – Mise en réseau et exemples d’œuvres correspondant à un critère

    L’architecture antique comme référence

    - Différents exemples de temples ou sanctuaires grecs (Delphes, Olympie, le
    Parthénon,..) et romains (Panthéon ; Maison Carrée à Nîmes…)
    - Des édifices s’inspirant du modèle du temple gréco-romain : des œuvres de la
    Renaissance (Villa Rotonda d’A. Palladio à Vicence), classiques (Colonnade du
    Louvre, Versailles), néoclassiques (le Panthéon à Paris, l’église de la Madeleine à
    Paris, …)

    V – Pistes de pratiques plastiques simples en lien avec l’œuvre

    Proposition : Traces, empreintes, vestiges et sites.

    Ancrage dans le programme :

    La classe de sixième est consacrée à des investigations multiples invitant toutes à établir une relation sensible aux objets par leur fabrication, leur représentation et leur mise en espace.
    L’objet et les réalisations plastiques. A partir de fabrications, de détournements et de
    représentations en deux ou trois dimensions, les questions sont à travailler à des fins
    narratives, symboliques, poétiques ou imaginaires.
    L’objet et son environnement : Explorer les modalités et les lieux de présentation de
    l’objet (exposition, installation, intégration ; le musée, la vitrine, l’espace quotidien.

    Objectifs de la séquence :
    Travailler la trace, l’empreinte, le vestige. Utilisation et transformation de l’objet,
    modalités de représentation et d’exposition : Changement de statuts.

    Objectifs de la séance :
    S’interroger sur le musée, la représentation de l’objet sous diverses formes et sa
    présentation dans divers lieux. Le plan, la maquette, le dessin, l’installation, la photo …

    1ère séance :

    Proposition :

    Au 25e siècle, des archéologues retrouvent des objets de notre civilisation actuelle.
    Montrez cette découverte dans une production plastique bi ou tridimensionnelle.
    - Soit au moment où on la trouve.
    - Soit exposée et présentée dans un musée.

    3 séances.

    Pré-requis : Mots de vocabulaire :

    Archéologie :
    Sciences des choses anciennes, des arts et des monuments. Un archéologue qui s’attache à retrouver et étudier les civilisations du passé peut être, par exemple, un spécialiste de l’Egypte (égyptologue) ou du Moyen- Age (médiéviste).

    Plan :
    Représentation (d’une ou plusieurs constructions, d’un terrain, d’un jardin etc.) en
    projection horizontale sous forme d’un tracé, d’un dessin, d’un schéma.

    Maquette :
    Reproduction, modèle réduit en trois dimensions à échelle réduite d’une sculpture, d’un
    monument, d’un lieu, d’une machine etc …

    Empreinte :
    Marque en creux ou en relief obtenue par pression d’un corps sur un matériau plus ou
    moins dur, comme le passage d’un pneu de voiture sur le sable par exemple.

    Trace :
    Signe, indice, empreinte, vestiges qui témoignent du passage de quelqu’un ou de quelque chose.

    Musée :
    C’est le lieu de conservation et de présentation d’œuvres d’arts ou de collections (de
    pierres, de crânes, d’animaux etc., dans le cas d’un musée d’Histoire Naturelle). La
    création des musées en France remonte pour l’essentiel à la fin du XVIIIe siècle. Outre les collections, il comporte des salles de conférence, multimédia, une bibliothèque et d’autres services destinés à l’accueil du public et à son information. Le musée expose des œuvres de sa collection en permanence mais aussi parfois organise des expositions temporaires d’œuvres d’autres musées ou de collections privées.

    Une réflexion, à l’oral et collective s’engage sur les moyens utilisés par le musée pour
    présenter, montrer et exposer les œuvres. (vitrines, socles, dessins, photos, textes et cartels, vidéos ou films, plans, maquettes, etc.)

    Fin de la séance, les élèves réfléchissent à leur projet et aux matériels qu’ils doivent
    apporter pour la séance suivante.

    2eme séance :

    Critères d’évaluation :
    - Travail sur l’objet (transformation, utilisation, trace, empreinte, vestige, plan ou maquette) /5
    - Mise en évidence de la dimension très ancienne et moyens plastiques utilisés /4
    - Qualités et diversité de la présentation en situation ou exposé /5
    - Qualités plastiques et cohérence /6
    /20

    3 séances de réalisation.

    Retour des travaux exposés, exposition et verbalisation : Regarder la diversité des réponses
    plastiques : Plan, maquette, vestiges, objets, dessin. Marquer les différences entre le plat,
    le relief et le volume. Prendre en compte les dispositifs utilisés : Socle, au mur, sur une
    feuille, dans une vitrine, les textes explicatifs et leur importance et leurs incidences qu’ils
    ont sur la présentation.

    Références aux champs artistiques :
    Choisir 3 à 4 œuvres dans la liste suivante ; Chaque œuvre est expliquée, type d’œuvre,
    démarche et intention de l’artiste.

    ARMAN Long term parking, 1982, 1600 tonnes de béton, 60 voitures, 20x 6x6 m, Fondation Cartier, Jouy-en-Josas

    Robert MALAVAL Germination d’un fauteuil Louis XVI, 1963, sculpture-objet aliment blanc, 90x63x68 cm, collection de l’artiste.

    Neil CUMMINGS The Yellow Collection, 1998, détail, vitrine et récipients en plastique et carton trouvés, Collection de l’artiste.

    Anne et Patrick POIRIER Mimas, 1983, bronze, marbre et eau, 300x 700x 500cm, présentation à la chapelle de la Salpêtrière, Paris.

    Anne et Patrick POIRIER Ostia Antica (détail), 1971, terre cuite, 72m2.

    Charles SIMONDS Dwelling (Demeure), 1981, minuscules brique d’argile composant un pueblo miniature dans un mur du sous-sol du Museum of Contemporary Art de Chicago.

    Karsten BOTT Trouser pocket collection, 1996, petits objets ramassés dans la rue et tenant dans une poche de pantalon exposés comme des poteries antiques, 500x700 cm, Collection de l’artiste.

    VI - Situer l’œuvre dans son contexte historique, géographique, social et artistique

    - Programme d’histoire (La romanisation de la Gaule :
    les croyances et l’architecture religieuses)
    - Réinvestissement du vocabulaire architectural acquis lors de l’étude des temples
    et sanctuaires grecs

    VII – Proposition de contenu pour le cahier personnel d’Histoire des Arts

    - Le questionnaire complété lors de la visite du site de Gisacum et sa synthèse
    - Des visuels du site
    - Un cartel d’identification du site

    Genre : Architecture religieuse
    Titre : Sanctuaire de Gisacum
    Date : Ier – IIIe siècles ap. J.-C.
    Dimensions : H : 41,8 cm – Diam : 27 cm
    Technique : Edifice en pierre
    Lieu : Le Vieil-Evreux

    - Un court paragraphe élaboré à partir des mots-clés utilisés pour
    caractériser l’œuvre
    - Un commentaire personnel sur l’œuvre
    (Pourquoi cette œuvre m’a plu / ne m’a pas plu)
    - Des productions plastiques personnelles réalisées autour de l’œuvre


    Vous pouvez télécharger l’intégralité de cette séquence :

    PDF - 1.1 Mo