Vous êtes ici : Accueil > RESSOURCES > ABECEDAIRE > J > J comme Joute
Publié : 15 novembre 2017
Format PDF Enregistrer au format PDF

J comme Joute

Joute

Qu’est-ce qu’une joute en art ?

  • Éducation musicale

Il s’agit d’une sorte de concours opposant amicalement deux personnes afin de déterminer lequel est le meilleur dans sa spécialité. On peut parler ainsi de joute musicale (cf. la scène de Farinelli https://www.youtube.com/watch?v=srEOxQtNxMk dans laquelle la voix de castrat rivalise avec une trompette : c’est la voix qui finira par gagner) ou de joute poétique (cf. la scène du film Ridicule https://www.youtube.com/watch?v=7AXstgZlRVA ).

Lettres

Dans la Grèce antique avaient lieu chaque année des joutes théâtrales en l’honneur du dieu Dionysos, les Dionysies : les poètes tragiques s’y opposaient au cours de célébrations festives, qui réunissaient les citoyens et favorisaient leur cohésion sociale. Elles se déroulaient dans les cités mais aussi dans les petits théâtres ruraux. Eschyle, Sophocle et Euripide figurent parmi les vainqueurs au Ve siècle av. J.-C.
Au Moyen-Âge, dans les régions méditerranéennes, se déroulaient des joutes oratoires dans lesquelles les concurrents s’affrontaient en vers. Les Jeux Floraux du sud de la France ou d’Espagne en sont les héritiers de nos jours.
Aujourd’hui, ces traditions perdurent au théâtre lors de matchs d’improvisation.
En poésie est né en 1986 un genre qui tient de l’art oratoire, sur une idée du poète américain Marc Smith : le slam. Il ne s’agit plus seulement de concours de déclamation poétique, qui pourrait être perçu comme difficile et ennuyeux, mais de séances ouvertes à tous au cours desquelles les concurrents peuvent s’exprimer librement pendant environ trois minutes chacun. Les textes sont des créations personnelles et peuvent être lus à deux ou plus. Ces tournois se font dans une grande économie de moyens, sans décor ni musique la plupart du temps, même si certains rappeurs se sont associés à ce mouvement dès ses débuts.
Le film Slam de Marc Levin, primé par la Caméra d’Or au Festival de Cannes en 1998, a beaucoup contribué à la médiatisation de ce genre poétique nouveau, devenu international. Des poètes comme Eric Dubois s’y sont essayé un temps, mais c’est Grand Corps Malade, slameur plusieurs fois vainqueur des tournois Bouchazoreill’slam qui popularise le mouvement, avec la sortie de son premier album en 2006 (Midi 20).

GRAND CORPS MALADE, Midi 20, Anouche prodctions, 2006.