Vous êtes ici : Accueil > TEXTES OFFICIELS > Liste des œuvres et des thèmes inscrits au programme de terminale (...)
Publié : 17 décembre 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

Liste des œuvres et des thèmes inscrits au programme de terminale (2016)

Bulletin Officiel n°1 du 1er janvier 2015
Épreuves de l’enseignement artistique
Œuvres et thèmes de référence - année scolaire 2015-2016 et session 2016 du baccalauréat
NOR : MENE1428102N
note de service n° 2014-178 du 16-12-2014
MENESR - DGESCO MAF 1


Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie ; au directeur du service interacadémique des examens et concours d’Île-de-France ; aux inspectrices et inspecteurs d’académie-inspectrices et inspecteurs pédagogiques régionaux ; aux chefs d’établissement ; aux professeurs d’arts plastiques, de cinéma-audiovisuel, de danse, d’histoire des arts, de musique et de théâtre
Références : note de service n° 2012-014 du 17-01-2012 (B.O. n° 5 du 2 février 2012) ; note de service n° 2012-168 du 2-11-2012 (B.O. n° 44 du 29 novembre 2012)


La liste des œuvres et des thèmes inscrits au programme de terminale (enseignements de spécialité en série littéraire, options facultatives toutes séries) pour l’année scolaire 2015-2016 et pour la session 2016 du baccalauréat est la suivante :
Histoire des arts - Enseignement de spécialité, série L
Arts, ville, politique et société : L’Art Nouveau
Tour à tour moqué et consacré comme une étape de l’épopée des avant-gardes, l’Art Nouveau – qu’on l’appelle ainsi ou bien, selon les déclinaisons nationales, Modern Style, Modernismo, Jugendstil ou Secession – innove non seulement par son imagination formelle mais aussi par son inventivité technique, le rôle primordial qu’y jouent les arts décoratifs et appliqués, et la réponse qu’il apporte à l’évolution des sensibilités et modes de vie au tournant du XXe siècle : une évolution dont témoignent architecture, littérature, musique, photographie, cinéma naissant et arts de la scène, sans oublier la mode vestimentaire ou la chanson.
Trois axes organiseront une étude qui s’attachera, d’une part, à donner des repères sur les formes que prend ce mouvement artistique à travers l’Europe, avec ses artistes, manufactures et ateliers majeurs, et, d’autre part, à repérer ses avatars dans les objets du quotidien et bâtiments de proximité :
- centres européens de l’Art Nouveau : Barcelone, Bruxelles, Glasgow, Nancy, Vienne ;
- l’Art Nouveau, un art de vivre ;
- l’Art Nouveau à côté de chez soi.

Un artiste en son temps : Michelangelo Buonarroti (1475-1564) dit Michel-Ange, sculpteur, peintre, architecte, poète et humaniste
Questions et enjeux esthétiques : L’Ailleurs dans l’art
Présente dans la création plastique aussi bien qu’en littérature, dans les arts du spectacle, en cinéma ou en musique, la question de l’ailleurs permet par excellence de se livrer à une véritable histoire confluente des arts.
Cet ailleurs peut être, d’évidence, un exotisme, que celui-ci soit un orientalisme, un miroir de l’histoire ou un ressourcement primitiviste.
L’ailleurs peut se dissimuler sous la recherche nostalgique d’une époque révolue, traversant des âges antérieurs et, dès Winckelmann, les reconstruisant idéalement. Ce peut être nostalgie d’une spontanéité que les canons esthétiques enseignés ont fait perdre, et l’artiste se tourne alors vers l’art brut : les œuvres des enfants, l’art asilaire.
Enfin, questionner l’acculturation des arts exotiques incite à l’étude économique de la production et des voies commerciales, autant que les premières conditions d’expositions.
Des préoccupations récentes montrent l’actualité de cette question : une incompréhension relative, que reflètent les débats sur la muséographie ; l’intégration par l’Occident de thèmes et de motifs qui lui sont évidemment étrangers, par exemple dans des architectures spécifiques.
Se profile, finalement, l’éventualité que cet ailleurs disparaisse : soit que les pays émergents imposent leur propre culture, soit plus probablement que triomphent, dans une économie artistique mondialisée, un métissage et une hybridation qui restent à interroger.
Histoire des arts - Option facultative toutes séries
Le patrimoine, des Sept Merveilles du monde à la Liste du patrimoine mondial : Le paysage depuis le milieu du XIXe siècle
Sans omettre de se référer aux origines du genre et à sa catégorisation à l’âge classique, on étudiera le devenir tant du paysage comme genre artistique que de l’art du paysage avec son influence sur l’architecture et l’urbanisme, en lien avec les transformations du paysage physique et l’évolution de sa perception.
Il conviendra particulièrement de questionner l’influence des révolutions industrielles et des colonialismes sur l’évolution du genre, le rôle du paysage dans l’éclosion de l’abstraction, le statut de la photographie de paysage, le sentiment du paysage dans l’art contemporain et la déclinaison de la notion de paysage dans les différents arts, en particulier la musique, depuis le Romantisme jusqu’à nos jours.
Création artistique et pratiques culturelles, de 1939 à nos jours : Scénographier l’art
La scénographie apparaît aujourd’hui comme un concept incontournable, et qui ne se circonscrit plus à l’espace scénique proprement dit : bien au contraire, l’art, quel qu’il soit et dans ses plus diverses manifestations, ne se présente guère à son public, désormais, que « scénographié ».
L’étude de ce concept passera donc par des rencontres, entre autres, de professionnels de la scène, des musées, de l’urbanisme, de l’événementiel et du marché de l’art. Elle s’articulera autour de trois problématiques :
- la scénographie, un art de l’interprétation ?
- muséographie et scénographie ;
- la scénographie de l’œuvre d’art dans l’espace public.