Vous êtes ici : Accueil > RESSOURCES > ABECEDAIRE > A > A comme Allégorie
Publié : 14 juin 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

A comme Allégorie

ALLÉGORIE

Comment comprendre une allégorie ? Quelles sont ses intentions ?

Une allégorie est une représentation concrète (par une image, un personnage symbolique ou un récit d’invention) d’une idée abstraite.

- Voici l’allégorie utilisée comme image ou figure de style :

Extrait du poème de Baudelaire « Allégorie » :

« Et quand l’heure viendra d’entrer dans la Nuit noire,
Elle regardera la face de la Mort,
Ainsi qu’un nouveau-né, - sans haine et sans remord. »


Charles BAUDELAIRE, Les Fleurs du Mal, « Allégorie », 1857.


La Nuit devient un élément universel grâce à la majuscule.
La Mort peut être représentée par « La Faucheuse », squelette armé d’une faux.


- L’allégorie sous les traits de personnages symboliques :

L’allégorie de la liberté représente le soulèvement populaire des Trois Glorieuses (27, 28, 29 juillet 1830), conduisant à l’abdication du roi Charles X en faveur de Louis-Philippe, qui instaura la Monarchie de Juillet.
La Liberté guidant le peuple

Eugène DELACROIX, La Liberté guidant le peuple, 1830,
huile sur toile, 260 x325, Musée du Louvre, Paris.


Cette représentation de la justice par une femme armée d’une épée et portant une balance à plateaux nous vient de la mythologie grecque : la titanide Thémis personnifie la Loi Divine.
Allégorie de la Justice

Gaétano GANDOLFI, Allégorie de la Justice, 1760-1762,
huile sur toile, 44 x 33, Musée du Louvre, Paris



- Une figure allégorique peut représenter une nation, comme Marianne et le coq gaulois pour la France, ou encore le taureau pour l’Espagne. Elle peut donc être facilement utilisée à des fins de propagande ou de mobilisation.
L’oncle Sam et Britannia sont au coude à coude pour symboliser l’alliance anglo-américaine lors de la Première Guerre mondiale.
Affiche de propagande, 1918

James Montgomery Flagg in 1918, American Lithographic Company of New York.



- Dans la fable « Le Lion », le lion est une allégorie du pouvoir absolu du roi Louis XIV sous l’autorité duquel vivait La Fontaine à son époque. L’allégorie est alors un moyen de dénoncer un système politique de façon voilée, pour déjouer les foudres de la censure.
En voici la fin :

Apaisez le Lion : seul il passe en puissance
Ce monde d’alliés vivants sur notre bien.
Le Lion en a trois qui ne lui coûtent rien,
Son courage, sa force, avec sa vigilance.
Jetez-lui promptement sous la griffe un mouton :
S’il n’en est pas content, jetez-en davantage.
Joignez-y quelque bœuf : choisissez pour ce don
Tout le plus gras du pâturage.
Sauvez le reste ainsi. Ce conseil ne plut pas.
Il en prit mal ; et force états
Voisins du Sultan en pâtirent :
Nul n’y gagna, tous y perdirent.
Quoi que fût ce monde ennemi,
Celui qu’ils craignaient fut le maître.
Proposez-vous d’avoir le Lion pour ami,
Si vous voulez le laisser craître*.
*croître


Jean de LA FONTAINE, Fables, Livre XI, Le Lion, 1678 (extrait)