Vous êtes ici : Accueil > PÉDAGOGIE > Pistes pédagogiques et propositions de séquences > Propositions de mise en œuvre : Collège > 4e - Au temps d’Erik Satie, la France artistique au tournant du XXe (...)

Documents joints

Publié : 9 novembre 2011
Format PDF Enregistrer au format PDF

4e - Au temps d’Erik Satie, la France artistique au tournant du XXe siècle

Cet article est le fruit d’une réflexion autour d’un outil d’écoute (appelé ORFEO : Outil de Recherche Formative de l’Époque des Œuvres) construit par le GRP Éducation musicale en 2010 2011. En utilisant cet outil, l’élève doit écouter un extrait musical (ici, il s’agit de Allons-y Chochotte d’E. Satie), en repérer les caractéristiques techniques et esthétiques et parvenir ainsi à définir le style dans lequel s’inscrit l’œuvre en question. Il est ensuite amené à lire deux fiches, l’une sur le compositeur et l’œuvre remis dans le contexte stylistique de l’époque, et l’autre sur quelques suggestions d’œuvres associées dans le répertoire Histoire des Arts.
Nous vous proposons quelques-unes de ces fiches, comme autant de pistes vers l’interdisciplinarité.

Allons-y Chochotte (1905)
Erik SATIE (1866 - 1925)

Allons-y Chochotte (début)

(cliquez sur l’image pour entendre l’extrait sonore)

EPOQUE MODERNE :

L’époque moderne se définit comme un moment de rupture et de bouleversement des valeurs artistiques entre la fin du Romantisme et le début de l’ère contemporaine. Cela correspond schématiquement à la 1ère moitié du XXe siècle (jusqu’à la fin de la 2nde Guerre Mondiale). Si des compositeurs, comme Cl. Debussy en tête, cherchent de nouveaux chemins musicaux en s’affranchissant des règles de construction musicale habituelles (ordre des accords organisant jusqu’ici le système tonal), d’autres artistes réclament un retour à une musique plus accessible tel que l’écrira Jean Cocteau faisant justement allusion au courant impressionniste auquel on a rattaché Debussy, Ravel... : "Assez de nuages, de vagues, d’aquarium, d’ondines et de parfums dans la nuit : il nous faut une musique sur la terre, une musique de tous les jours." [le Coq et l’Arlequin]. C’est l’époque du jazz, du café-concert, de la musique bruitiste, des premières recherches électro-acoustiques (musique concrète)... Les Surréalistes font leur révolution en introduisant l’Inconscient comme moteur de création. C’est donc dans cette époque de grande originalité que s’inscrit le plus déconcertant de tous : Erik Satie.


Erik Satie, un artiste au coeur de notre patrimoine local : Honfleur (ce lien vous mènera sur une vidéo de présentation de la Maison de Satie)

Erik SATIE est né à Honfleur, en Normandie. Après avoir rejeté le monde académique du conservatoire et celui non moins contraint de l’armée, il s’installe à Monmartre (Paris), lieu privilégié de l’activité artistique en ce tournant du XXe siècle. Avec Jean Cocteau, il sera la figure de proue du Groupe des Six réunissant Georges Auric, Louis Durey, Arthur Honegger, Darius Milhaud, Francis Poulenc et Germaine Tailleferre, la seule femme du groupe.

A la fois humoriste et précurseur extravagant, il met son excentricité au service d’une musique aux titres parfois étranges (Préludes pour un chien flasque, Trois morceaux en forme de poire

Trois morceaux en forme de poire (Extrait)

, Embryons desséchés...) et qui, tout en réclamant la discrétion, n’en fait pas moins scandale tel que le fameux ballet Parade monté avec Jean COCTEAU sur des décors de Pablo PICASSO et qui intègre à l’instrumentarium des sirènes, un révolver et une machine à écrire !
Avec Arthur Milhaud, il invente le concept de Musique d’ameublement, traduisant aussi, et contre toute attente, son goût pour la discrétion et l’humilité : "Nous vous prions de ne pas y attacher d’importance et d’agir pendant l’entracte comme si elle n’existait pas". Son oeuvre est un défi à ceux qui prônent la complexité comme seule garante de la qualité artistique.

Analyse de "Allons-y Chochotte" :

Il s’agit d’une chanson pour voix et piano composée sur un texte du parolier D. Durante. Cette chanson, de tournure frivole, fait référence à la production de type cabaret qu’Erik Satie a ensuite réfutée comme ne correspondant pas à sa vraie nature. Cependant, l’ensemble en est plaisant et illustre bien également l’atmosphère d’une époque en pleine effervescence et légèreté.

Lorsque je vis Chochotte,
Elle me plut carrément ;
J’lui dis : “Êtes-vous mascotte ?”
“Mais monsieur certainement.”
“Alors sans plus attendre
Je veux être votre époux.”
Elle répond d’un air tendre :
“Je veux bien être à vous,
Mais pour cela, il vous faudra
Demander ma main à papa.“
Allons-y Chochotte, Chochotte...
Allons-y Chochotte, Chochotte allons-y.

Le soir du mariage,
Une fois rentrés chez nous,
J’prends la fleur de son corsage
Je fourre mon nez partout.
”Alors” me dit ma femme,
“Avant tout écoute-moi
J’vais couronner ta flamme.
Puisque tu m’aimes, prends-moi.
Mais pour cela il te faudra
Ne pas m’chatouiller sous le bras.”
Allons-y Chochotte, Chochotte,
Allons-y Chochotte

V’là qu’au moment d’bien faire,
On entend sur l’boul’vard
Un refrain populaire
Et comme un bruit d’pétards
C’est une sérénade
Que donn’t en notre honneur
Un’ band de camarades
Qui travaillent tous en choeur,
S’accompagnant des instruments
En carton, à cordes, à vent.
Allons-y Chochotte…

Le lendemain, Chochotte
Me dit : “Mon p’tit Albert,
J’veux un fils qui dégote
Mozart et Meyerbeer.
Pour en faire un prix de Rome
T’achèteras un phono
Que tu r’mont’ras mon petit homme
Au moment psycholo et l’on march’ra
De ce moment là, comme ton cylindre
L’indiquera.
Allons-y Chochotte, Chochotte..

Neuf mois après, Chochotte
Me rend papa d’un garçon.
“Ah !,” s’écrie “Saperlotte !”
La sag’femme “Que vois-j’donc ?”
“Qu’avez-vous donc, Madame ?
Pourquoi crier si haut ?”
Lui demanda ma femme.
„N’a-t-il pas tout ce qu’il faut ?“
“Oui, mais voilà, on peut lir’là
Sur son p’tit nombril c’refrain-là :
Allons-y Chochotte, Chochotte.
Allons-y Chochotte, Chochotte allons-y !

Eléments sur l’oeuvre :
- Répertoire : profane à caractère populaire de par les paroles, l’écriture musicale légère et la construction formelle
- Formation : voix soliste accompagnée par un piano (formation déjà vue dans le genre des Mélodies françaises ou des Lieder au 19e s. mais aussi particulièrement adaptée à la configuration des cabarets et caf-conc’ ; dans ce cas, le piano était un piano droit alors que pour les Mélodies françaises et les Lieder, il s’agissait plutôt d’un piano à queue)
- Principe d’écriture (éléments définissant l’appartenance su style moderne) :
- simplicité de l’écriture et économie de moyens
- piano dans un style proche de ce que sera le piano stride en jazz

exemple d’une écriture en "piano stride"

-accords enrichis
- Forme : couplet / refrain (Allons-y Chochotte, chochotte...)
- Genre : chanson

- Interprétation  : Dans cette œuvre, le travail du chanteur est important car les différentes intonations qu’il va donner à sa voix vont permettre de faire vivre les personnages de l’histoire. Dans cet extrait, le baryton fait entendre le conteur, Chochotte et finit par prendre un ton nasillard pour illustrer le son déformé du phonographe évoqué par le biais du cylindre.

Allons-y Chochotte : 4e couplet (jeu d’interprétation)


Le lendemain, Chochotte
Me dit : “Mon p’tit Albert,
J’veux un fils qui dégote
Mozart et Meyerbeer.
Pour en faire un prix de Rome
T’achèteras un phono
Que tu r’mont’ras mon petit homme
Au moment psycholo et l’on march’ra
De ce moment là, comme ton cylindre
L’indiquera.
Allons-y Chochotte, Chochotte..

{}

Ici, D. Durante fait allusion à une invention technologique ayant marqué l’époque : le phonographe au son caractéristique.

le phonographe : un son venu du passé

La France artistique au tournant du XXe siècle :

Le 29 juillet 1881 est promulguée la loi sur la Liberté de la Presse représentant enfin la promesse de pouvoir communiquer sans réserve au grand public des nouvelles du front littéraire et artistique.
Les publications prolifèrent. S’y mêlent humour et satire. Les esprits bouillonnent. De petits groupes d’amis intellectuels se forment se réunissant dans les cafés ou cabarets alors en pleine expansion. Ces endroits deviennent les hauts lieux de l’exigence culturelle, qui, situés dans des quartiers populaires et populeux, attirent le tout Paris bourgeois, fier d’aller s’y encanailler l’espace d’une soirée.
Parmi les différents comités qui se créent alors et qui portent parfois des noms bizarres (comme le cénacle des Hirsutes, des Zutistes et des Jemenfoutistes), on compte celui dit de la "Société des Hydropathes" laquelle réunit des artistes, poètes, musiciens et acteurs âgés de 20 à 30 ans. La poésie et la chanson sont les principales finalités de ce cercle d’intellectuels, lui-même ancêtre du cercle du Chat Noir. C’est notamment dans ce célèbre cabaret de Montmartre qu’Erik Satie rencontra Claude Debussy.

Cabaret du Chat Noir fondé en 1881 par Rodolphe Salis et situé Boulevard de Clichy au pied de la colline Montmartre. Ce fut un lieu connu pour son activité et sa réflexion artistique.
Affiche du Chat Noir

Ces artistes, souvent remarqués pour leurs extravagances, s’employaient entre autres à se dresser contre une société progressivement hapée par le progrès, le machinisme et la modernité.

En parallèle de ces groupes d’artistes se constituent également des rassemblements dont le principe est de tourner en dérision tout ce qui les entoure. C’est le cas des Arts Incohérents qui organisèrent 664 expositions entre 1882 et 1893. Il s’agit là d’un groupe ayant son propre café, sa revue et un bal masqué annuel où viennent se divertir les artistes et mondains à la recherche d’inédit. Anti-dessinateurs, anti-littérateurs, ces artistes font de l’image et du mot des outils de la caricature. Ils commentent l’actualité sous un jour grotesque ou parodient par des calembours et jeux de mots des oeuvres d’art comme la Vénus de Milo, qui, recouverte d’étiquettes de bouteilles d’eau, devient alors la Vénus de mille eaux. Leur proclamation : "Nous ne faisons pas de l’Art" est le signal qui remet alors en question l’Art comme la représentation du Beau.